Quand on se rend sur un site de sexcam, les filles sont toutes chaudasses et se conduisent comme des grosses cochonnes. Mais est ce juste une illusion ou ces hôtesses aiment vraiment le sexe. Par rapport à cela, quelques femmes nous ont fourni leurs témoignages.

Cindy : Je fais ça exclusivement pour l’argent

Je suis hôtesse web cam depuis deux ans afin d’avoir quelques sous pour financer mes études. Je ne sais pas pour les autres filles, mais pour moi, j’assure ce type de show érotique juste pour l’argent. Certes j’aime bien le sexe et j’ai d’ailleurs plusieurs partenaires, mais pour moi le chaturbate c’est un travail. Néanmoins, comme je suis professionnelle, je le fait bien sauf si le mec est trop irrespectueux à mon égard. A la fin de mes études, je compte arrêter et m’investir dans un autre métier.

Diana : parfois j’y prends plaisir et parfois non

Originaire de la Tunisie, je suis une des rares femmes arabes qui fait le métier de cam girl. Agée de 42 ans et mère célibataire, seul le chaturbate me permet de gagner convenablement ma vie. Concernant mes réelles humeurs quand j’anime des chats vidéos érotiques, tout dépend de mes hormones. Dès fois, Je prends réellement du plaisir, mais il m’arrive également de le faire de manière mécanique. Mais comme toutes les femmes qui savent bien simuler quand elles sont au lit avec un homme, mes clients n’y voient que du feu.

la vérité sur les cams girls

Nancy : je suis une nymphomane

Ce n’est pas le chaturbate qui m’a rendu nympho, mais j’étais toujours comme ça depuis mon adolescence. En effet, quand j’étais au lycée, j’aimais beaucoup changer de temps en temps de partenaire sexuel. Et jusqu’à maintenant je suis comme ça. Quand j’ai alors fait le métier de chaturbate, tout se faisait naturellement. Un à un je lis les messages publics de mes fans sur mon profil et le fait seulement de les lire me fait mouiller la chatte. A cause de mon tempérament assez cochonne, je suis alors devenue très vite populaire. Et pour tout vous dire, ça m’enchante car depuis longtemps j’ai rêvé d’être adulé par milliers de mecs en quête d’un plan cul sans lendemain.

Sonia : comme je suis lesbienne, je fais tout mon possible pour satisfaire mes clientes

Contrairement à d’autres hôtesses web cam, je n’allume que les filles. Et comme moi-même je suis gouine, j’adore trop mon métier. En aucun cas donc, je n’ai simulé les plaisirs que j’ai eus à chaque cession privée. D’ailleurs, il m’arrive même de faire des heures supplémentaires  quand mon libido atteint son pic.

Cai Chan : dans la vraie vie, je ne suis pas une cochonne

On dit souvent que les femmes chinoises sont toutes des cochonnes, mais moi je ne suis pas comme ça. Avec mon mec, je vie une relation plus que normale et j’aime même les rapports intimes softs que le sexe hardcore. Mais quand j’anime des shows érotiques, je me dois d’être une autre femme. C’est souvent très difficile, mais avec l’expérience, j’ai petit à petit pu m’adapté.

 

Pin It on Pinterest