Sodomie et Femdom : comment faire ?

Sodomie et Femdom : comment faire ?

10 août 2021 0 Par jeune-cochonne

Dans une relation BDSM, et le plus souvent pour un couple hétéro, on parle de “femdom” lorsque le partenaire dominant est une femme. Contraction de « Femme Dominatrice », le terme peut qualifier ou s’appliquer aussi à l’acte où c’est la femme qui domine. Une femme qui voudrait dominer son partenaire soumis peut avoir envie de le sodomiser. Oui ça peut arriver, et même souvent. Alors, comment faire la sodomie ?

Dans une relation sadomasochiste où c’est la femme qui domine, sodomiser son partenaire soumis requiert l’utilisation de gadgets. Le gode ceinture, en l’occurrence. Cela fait penser au “pegging” où la femme pénètre son partenaire à l’aide de ce sextoy. Certains hommes apprécient qu’on leur fasse cela, mais ils sont rares à l’avouer, car pour la majorité ça fait trop gay. Qu’on soit clair, le fait qu’un homme apprécierait cette pratique ne veut pas dire qu’il est homo ou que c’est le signe d’une homosexualité refoulée. La stimulation anale serait tout au moins juste un fantasme pour lui. Encore qu’il faille avoir de la communication dans le couple pour savoir jusqu’où il a envie d’aller.

Comment sodomiser, tout court ?

Déjà, que ce soit fait par un homme ou par une femme, il faut savoir que pratiquer une sodomie, surtout pour une première fois, requiert douceur, patience et lubrification. Il ne sert à rien de foncer droit dans l’anus, car cela risque de faire très mal à son partenaire, et alors là il n’y a aucun plaisir. Il faut plutôt commencer par solliciter doucement la zone autour de l’anus par effleurement puis des coups de langue. Y aller progressivement, afin de l’exciter et le rendre réceptif. Caresse puis massage au petit doigt lubrifié et pourquoi pas avec la langue. Puis légère pénétration avec le doigt ou la langue, progressivement et doucement, afin qu’il s’y habitue et détende les muscles et les sphincters qui s’y trouvent. C’est après cela que vous pourrez pénétrer votre partenaire à proprement dit, en commençant toujours en douceur et petit à petit. Mouvement de va-et-vient toujours en douceur, progressif. Vous pourrez ensuite augmenter la cadence, mais en restant toujours à l’écoute de votre partenaire et sachant faire des pauses.

Comment une femdom peut-elle sodomiser ?

D’abord, commencer par immobiliser son partenaire. Ce n’est pas systématique, mais c’est le signe qu’elle pourra faire durer l’acte à sa volonté et qu’il ne pourra s’y soustraire.

Utiliser un harnais serré et plaqué pour soutenir le gode ceinture. Le harnais doit être bien serré autour de la taille, et non élastique. Afin que chaque mouvement de son bassin soit retransmis en lui. Son compagnon doit sentir qu’il n’est pas sodomisé par un gode, mais par sa partenaire. Ce sont ses mouvements à elle qu’il doit ressentir et pas seulement la sensation anale. Sentir qu’elle décide du rythme, du mouvement. Pour la femme qui le fait, c’est le réel signe de domination, comme si elle possédait vraiment le pénis pénétrant.

Il faut donc bien choisir le ou les gode(s). Un premier qui passe facilement pour « frayer le chemin » et un autre un peu plus limite pour imposer sa volonté.

Enfin, et c’est plus psychologique que physique, qu’elle jouisse en le sodomisant. L’association jouissance et sodomie renforce le message de domination qu’exerce la femdom et consacre cet acte sexuel.