Catégories
Expériences

Ses paroles cochonnes m’ont fait sortir. Deux fois.

“Alors, dit Kristen, les bras autour de mon cou, regardant en l’air sous moi, mes jambes entre les siennes mais pliées et enroulées l’une autour de l’autre, tous les deux nus, peau contre peau, lustrés de sueur et encore un peu essoufflés. “Je suppose qu’on a trouvé ce qui te fait rire.”

Non pas que moi – et elle – et, soyons honnêtes, tout le putain d’Internet – ne sachent déjà ce que j’aime : les pipes, le fait de s’attacher, de doigter une fille jusqu’à ce que je la fasse gicler. Mais c’était différent : je suis venu deux fois pendant les dernières heures où on a baisé. Probablement surtout grâce à ce que Kristen disait.

On en avait parlé la veille. “Je veux être utilisé”, avait-elle dit. “Juste … baiser sans égard pour mon plaisir.”

Et c’est ce que j’ai fait. Et on a beaucoup aimé ça, tous les deux.

Baise mon trou“, chuchota-t-elle, “prends-moi, baise-moi fort, enfonce ta grosse bite en moi. Je suis ta petite salope de fille.”

Je tape juste ce qui me fait mal aux genoux. Pourquoi ça m’excite autant ? Ça me fait tourner la tête. Je me sens coupable pour ça, vraiment, quelque part, juste un peu, une petite partie de moi qui craint que de traiter une belle, intelligente, forte femme comme ça – objectivant, humiliant – soit mauvais et mal. Je sais que les fantasmes et les jeux de rôle sont tellement plus compliqués que cela, que le jeu de pouvoir problématique et le jeu de genre que nous sursexualisons pour le plaisir est juste cela – sursexualisé – dans un contexte très spécifique, et cela ne signifie pas que je ferais jamais ces choses en dehors de ce contexte. En fait, c’est le contexte qui les rend chaudes du tout – le consentement – la façon dont elle l’a demandé, explicitement et spécifiquement.

Je sais que c’est ce qui m’excite profondément. Ce n’est pas nouveau. J’ai découvert que je pouvais venir en étant attaché et en baisant avec Callie, et c’est précisément ce avec quoi nous jouions, précisément le langage que nous utilisions, précisément le genre de choses qu’elle voulait. J’avais du mal avec ça, parfois, en partie parce que je n’étais pas sûr de pouvoir lui faire confiance (allez savoir) et à cause de la façon dont elle l’exigeait, et que si je ne livrais pas correctement, il y avait des conséquences.

Donc ce genre de jeu m’ouvre dans des endroits sensibles, me déclenche un peu, tire sur de vieilles blessures de traumatisme.

Je sais à quel point ces concepts, cette pièce, m’excitent, mais je n’en ai pas vraiment parlé avec Kristen avant. Eh bien – non, ce n’est pas tout à fait vrai. Nous avons construit à cela, nous avons appris les uns des autres, nous avons construit la confiance et nous avons joué avec le consentement, les paroles cochonnes et les jeux de pouvoir. Nous avons construit à cela, et c’est bien sûr que je ne serais pas venu à elle au premier rendez-vous – ou dans le premier mois ! Les trois premiers mois ! – et dire, je veux te faire tomber comme ça. Je veux te baiser jusqu’à ce que je descende et ne pas tenir compte de ce que tu ressens, que ça te plaise ou non. Je ne dirais pas ça ! Même maintenant, j’ai du mal à l’écrire – c’est plus compliqué que ça d’être ce que je veux, ce dont j’ai envie, parce que tant que ça l’est, je ne peux pas y arriver avant d’être certain que mon respect et mon honneur pour elle sont en place – et qu’elle le sait aussi. Que je connais une partie de son histoire et pourquoi elle désire ardemment être dégradée de cette façon. J’ai besoin de la confiance nécessaire pour être là, et d’une compréhension profondément féministe du sexe et des jeux de pouvoir, de sorte que les questions de consentement et de dégradation soient claires, comprises entre nous et, en fin de compte, non pertinentes à la façon dont nous jouons.

Je ne l’ai donc pas dit en premier

Honnêtement, cela ne m’est jamais venu à l’esprit à ce point – si cela avait été le cas, j’aurais pu en parler. Nous avons joué avec des éléments de ce genre, mais rien d’aussi spécifique ou élaboré qu’hier. Mais j’avais tellement besoin de cette petite pièce supplémentaire de consentement, de cette permission explicite qui venait d’elle – donc je sais que je ne l’ai pas forcée – qui me dit de prendre. Maîtrisez-moi. Utilisez-moi.

Nous en avons parlé un peu récemment – j’ai écrit à ce sujet – sur la difficulté que j’ai eue à m’en sortir et combien elle veut – nous le voulons tous les deux – que je m’en sorte davantage, et l’une des principales conclusions que j’ai tirées de cette exploration a été que je fais tellement attention à elle, à ce qu’elle ressent, à ce que je peux lire dans ses tons et ses gémissements et dans son langage corporel, que j’oublie de faire attention à moi. C’est une de mes forces, d’être observatrice, réfléchie, de faire attention à la personne avec laquelle je suis, je pense que cela fait de moi une bonne amante et une bonne amie, mais cela ne me sert pas toujours bien : Je me perds parfois, même d’une façon que je ne reconnais pas toujours sur le moment.

(Je me demande quel est le rapport avec mon histoire avec Callie aussi, les façons dont je me suis perdue si totalement et terriblement avec elle. Peut-être que le fait de m’en sortir (facilement) avec elle n’était pas en fait une connexion profonde avec moi-même – ou peut-être que c’est injuste, puisque honnêtement c’est précisément le bénéfice que j’ai tiré de cette relation : savoir que j’avais besoin d’apprendre à me faire profondément confiance. Mais peut-être que les façons dont je suis venu avec elle concernaient autre chose. Quoi qu’il en soit, le lien avec moi-même que j’ai commencé à établir avec elle était si difficile à maintenir tout en faisant face à ses névroses et à ses insécurités).

Et c’est précisément ce que Kristen a évoqué lorsque nous en avons parlé plus tard : il est logique que ce soit un grand soulagement, et une libération, pour moi, lorsque j’arrête de faire cela. Quand je ne mets plus les besoins de quelqu’un d’autre au-dessus des miens, et en fait me permettre de passer outre les leurs avec les miens. Je ne le fais jamais, parfois à ma guise. Donc, être capable – et on me le demande explicitement – de faire cela sexuellement est un énorme, énorme attrait.

Ce que j’essaie de dire, c’est que Kristen et moi avons ouvert hier soir quelque chose de profond, de blessé, de compliqué, de beau et de putain de puissant. Ça fait remonter la culpabilité, ça déclenche de vieilles blessures, ça fait remonter à la surface certains de mes problèmes de surattendance, et ça me fait me sentir si fort et puissant, comme le roi du monde.

Je sais que tu veux en savoir plus sur ce que nous disions, ces choses sales et dégoûtantes qui m’ont fait entrer en elle deux fois alors que j’étais attaché, pendant une pipe, pendant une fessée de punition pour avoir été une fille si sale, pendant une baise intense avec son cul dans mes mains et ses jambes en l’air. Ça m’a pris toute la journée pour m’en sortir, malheureusement, alors je vais devoir écrire le dialogue ce soir et vous le remettre demain.

Ai-je mentionné à quel point j’aime ma vie ? Je n’arrive pas à croire que j’ai trouvé un monstre de beauté incroyablement sale et sexy. Et ? Elle m’aime autant que je l’aime. Reconnaissant, reconnaissant, reconnaissant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *